l'invitation de Sylvie Vartan

                  1970: Moshé Brand, alias Mike Brant, 23 ans, interprétait pour la première fois en France Laisse moi t'aimer, chantée phonétiquement parce qu'il ne parlait ni ne comprenait le français. 1972: Qui saura... Depuis Johnny Hallyday ou Claude François, personne n'avait eu un tel succès.

Se succédaient ensuite: Qui a tort, Rien qu'une larme, C'est ma prière (1972), Dis-lui (1975)...

Venu de Chypre, à l'invitation de Sylvie Vartan et de Carlos qui l'avaient remarqué par une belle nuit de mai 1969, Mike Brant avait découvert auprès du public français la voie royale. Et surtout l'immense bonheur de chanter devant des milliers de filles qu'il trouvait ici particulièrement « féminines, simples et compréhensives ».

Le 25 avril 1975, pris de vertige par tant de succès dans ce monde du show-business qu'il ne supportait pas, il faisait un dernier « saut de l'ange ». Un geste fatal du dernier étage d'un immeuble de la rue Erlanger, dans le XVIe arrondissement de Paris.

Vingt-cinq ans après, personne n'a oublié, ni son charme, ni sa belle voix puissante que beaucoup ont tenté d'imiter.

Et si aujourd'hui la maison de disques EMI saisit l'occasion de ce 25e anniversaire de sa disparition pour publier son intégrale (un double CD de 25 titres accompagné d'un livret de 50 photos), l'auteur toulousain Richard Seff se souvient, lui aussi, d'avoir partagé avec Mike Brant quelques rares moments de bonheur.
C'est ma prière...

« J'avais rencontré Mike Brant dans la voiture qui nous menait en Andorre pour participer à une émission de radio. Il savait que mon frère Daniel et moi-même avions fait des chansons pour Gérard Lenorman. En chemin, il s'est mis à fredonner My Prayer des Platters et m'a dit qu'il souhaitait une chanson un peu comme ça. Et voilà comment est née C'est ma prière.J'ai fait le texte et lui, la musique. Ensuite, nous avons fait Qui pourra te dire et C'est une belle fête. Seulement trois chansons mais nous avons eu beaucoup de chance car parmi elles, il y a les deux dont les gens se souviennent le plus. J'aimais beaucoup Mike. Il était très gentil. Travailler avec lui fut une période très agréable. Mais on sentait toujours que ce monde du show-business n'était pas vraiment fait pour lui. Il était tellement attaché à ses racines, à ses souvenirs. Il avait toujours gardé la nostalgie des kibboutz dans lesquels il avait travaillé tout jeune

2 votes. Moyenne 3.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site