Face à l'adolescent insoucian Face à l'adolescent insouciant

           Face à l'adolescent insouciant et rêveur, les parents Brand commencent sérieusement à s'inquiéter. Que va bien pouvoir devenir leur fils? Souvent, “Mamina” (sa maman) prend Moshé à part et essaie de lui faire comprendre qu'il est temps qu'il trouve un métier stable. Mike sait qu'il n'est pas fait pour un travail manuel, ses différentes expériences malheureuses le lui ont montré. Il veut faire un métier artistique. Il avouera :
“Un jour, j'ai compris qu'il était temps de faire des choses qui me plaisaient vraiment.”

Ce jour là, Mike entre dans la maison des étudiants et de la culture de Haïfa, Beit Rothshild. Son attention est attirée par des voix venant de la grande salle où il a souvent vu des films d'art et d'essai. Il entre et voit quatre comédiens sur la scène, qui jouent une pièce de Tennessee Williams, “Doux Oiseau de Jeunesse”, traduite en hébreu. Il reste alors un long moment à observer le jeu des acteurs et surtout celui de la jeune fille qui tient le rôle d'une star vieillissante.
Mike est fasciné. Il reviendra plusieurs jours observer discrétement, du fond de la salle, ce spectacle magnifique. Le metteur en scène finit par le remarquer. Mike lui demande s'il pouvait jouer dans la pièce. Il lui propose alors de prendre d'abord des cours et de lui faire passer un essai.

Mike se lance donc dans l'art dramatique durant deux ans puis revient à ses premiers amours, la chanson. Le hasard, lui permet de rencontrer un jeune pianiste, Danny Tamir.
“ Ensemble, nous nous sommes amusé à écrire, composer, jouer et chanter des chansons. Bientôt, à notre duo, s'est joint un batteur David, dit Dave. Nous avons été engagé dans un petit cabaret et nous répétions le reste du temps soit chez moi, soit chez Danny, au grand désespoir des voisins agacés par le bruit.” expliquera Mike quelques années plus tard.

Zvi de son coté, excelle à l'accordéon, avec Joël Kokel, un joueur de clarinette, il monte une petite formation : les Chocolates. Moshe, 15 ans, les rejoint bientôt. Le jeune homme est doté d'une voix de stentor. Un ami de Moshe, Yehouda Kornblitt, intègre le groupe comme batteur. L'entente est immédiate entre les quatre garçons. Le directeur de l'établissement s'apercevant du succès de Moshé auprès de la gent féminine, conseille au groupe de mettre en avant ce jeune Apollon.

Ainsi, les Chocolates deviennent Mickaël Sela (pseudonyme de Mike à cette époque). Le groupe reprend les standards américains comme "My Prayer" des Platters, ceux d'Elvis Presley, de Frank Sinatra, Aretha Franklin, Tom Jones, etc., à raisons de 150 chansons par soirée. Sa popularité devient telle que Jonathan Karmon, le Monsieur music-hall d'Israël célèbre chorégraphe et directeur de revue vient l'écouter. Il est surpris par la voix et le charisme que dégage ce jeune chanteur encore muet dix ans auparavant.

L'hôtel Zion de Haïfa propose une soirée dansante pour le réveillon du 31 décembre 1963. La petite formation rebaptisée Sky-Master se présente. La gamme de son répertoire lui permet de faire danser une clientèle cosmopolite, ils sont engagés et l'année 1964 débute au mieux. 
L'écho de la soirée triomphante parvient jusqu'au propriétaire du Rondo, un des night club les plus en vue de Haïfa qui est installé dans les sous sol du grand hôtel Dan Carmel et fréquenté à la fois par une clientèle de riches étrangers et par les notables de la ville. 
Le groupe signe alors son premier contrat, Moshe va enfin pouvoir vivre de sa passion et se produire avec son groupe au Dan Carmel pendant tout le printemps de 1964.
En juin, ils décident de partir à la conquête de Tel-Aviv, la capitale artistique d'Israël. C'est là que se trouvent les plus grands théâtres du pays, c'est là que se joue les pièces les plus importantes, où les films sont présentés en exclusivité. Tout ce que le pays compte de metteurs en scène, d'écrivains, d'artistes en tout genre, se retrouvent à Tel Aviv. Mike sait que la reconnaissance du groupe passe par Tel Aviv.
Ils se rendent donc là-bas et passent une audition à l'hôtel Hilton. Plein d'émotion, ils interprétent le tube du moment, “When a man loves a woman”. Après les avoir attentivement écouté, le directeur du palace qui a déjà un orchestre, leur promet de les engager l'été suivant.

L'année suivante, en juin 1965, ils reviennent voir le directeur du Hilton de Tel-Aviv qui comme il le leur avait promis, les engage pour une durée de deux ans. Le succès est énorme. Mike et son physique de playboy n'y est pas étranger. La clientèle féminine vient en nombre le voir et l'écouter chanter. Avec les “CHOCOLATES”, il interprète des chansons en français, en italien, en anglais, en hébreu, empruntées au répertoire de Tom Jones, Charles Aznavour, Gilbert Bécaud et Dean Martin. Sa popularité devient tellement importante à Tel Aviv que le bar de l'hôtel est trop petit pour accueillir celui qui se fait alors appeller Michaël Sella.

Un soir d'avril 1967, à l'issue de son tour de chant, il découvre un télégramme de son frère dans sa loge. Son père est au plus mal, et le réclame sans cesse. Oubliant la fatigue du spectacle, Mike saute au volant de sa voiture et quitte Tel-Aviv en direction de Haïfa. Il arrive, mais trop tard. Fishel s'est éteint en tenant la main de sa femme Bronia, le regard fixé sur le portrait de son fils chéri, posé sur la table de nuit. Le jeune chanteur est effondré, le destin lui semble trop cruel, non seulement il n'a pu arriver à temps pour embrasser son père une dernière fois, mais celui-ci ne sera jamais le témoin de sa réussite. A quoi bon devenir vedette si votre principal spectateur n'est plus là pour vous applaudir ? Hypersensible et très proche de son père, Moshé sera bouleversé par la mort de celui-ci, survenue tandis qu'il était en représentation. Il ne se pardonnera pas d'avoir été absent lors des derniers instants de son père, une blessure qui restera ouverte. La mort du père de Mike en 1967 constitue une première épreuve pour lui.

Un soir de décembre 1967, un certain Jonathan Karmon se laisse convaincre par des amis, d'aller découvrir Mike. “Jonathan Karmon, le célèbre chorégraphe du Grand Music-hall d'Israël, me remarqua et m'engagea pour une grande tournée à travers les Etats Unis...”
En effet, cet homme qui fait découvrir la culture israëlienne en Amérique est subjugué par le talent et la voix de Mike. Ses interprétations de “Only You” ou de “Strangers in the Night”, le captivent. Il propose alors au jeune homme de l'engager dans la prochaine tournée aux Etats-Unis du Grand Music Hall d'Israël. Mike est fou de joie et accepte sans réfléchir. 
Il décide d'embarquer au sein de ce Grand Music-Hall pour une tournée non seulement aux Etats-Unis mais aussi en Afrique du Sud et en Australie. Cette opportunité lui permet de travailler sa voix, son jeu de scène et d'apprécier la vie d'artiste en tourne

En 1968, Mike s'embarque donc pour une tournée d'un an au pays de l'Oncle Sam. La troupe se produit dans toutes les grandes villes des Etats-Unis, de NEW-YORK à MIAMI en passant par SAINT-LOUIS, DENVER ou HOUSTON. Partout, l'accueil est triomphal. Mike découvre la vie trépidante des tournées, passant d'un avion à un autre, d'un hôtel à un théâtre. Il apprend également la rigueur du travail à l'américaine.
La tournée s'arrête un mois dans un grand théâtre de la capitale du cinéma américain. LOS ANGELES est un rêve pour Mike. Il découvre HOLLYWOOD, BEVERLY HILLS et les émissions de la télé américaine. Les shows de strass et paillettes le fascinent.
Cette aventure américaine restera pour Mike un excellent souvenir :
“Pour moi, ce fut une expérience formidable. Tous les soirs, il fallait se produire dans une salle de 3000 spectateurs. C'est la meilleure école et le meilleur remède contre le trac. J'ai aussi beaucoup perfectionner ma voix pendant cette tournée".

Jonathan Karmon, le directeur du Grand Music-hall d'Israël remplace ainsi son couple vedette, Ilan et Ilanit, pour repartir en tournée dans le monde entier. Le contrat signé, Mike devient Yon (la colombe male), il roucoule ses chansons à la ravissante Michal Tal - rebaptisée Yonit (la colombe femelle). Et la troupe s'envole pour les Etats-Unis. Direction Broadway. Son succès est immense, la voix de Mike déchaîne l'enthousiasme. La route des deux jeunes gens pourtant se sépare, Michal Tal continue une carrière de chanteuse soliste.

4 votes. Moyenne 4.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×